Pourquoi un observatoire de l’OFII à Toulouse ?

Fin 2018, d’étranges bruits sur l’accueil des étranger-e-s à l’OFII (Office Français de l'Immigration et de l'Intégration) parcourent l’Assemblée Locale des EGM 31. Il y aurait maltraitance institutionnalisée par un service public.

Militant-e-s de l’assemblée locale EGM de Haute Garonne, du Cercle des Voisins, de la Ligue des droits de l’Homme, de la CGT et militant-e-s non affilié-e-s, assisté-e-s de chercheur-e-s du CNRS et de l’Université Jean Jaurès, sont alors allé-e-s « voir ». Ce qu’ils et elles ont observé dépassait l’entendement. Nous avons alors décidé de constituer un Observatoire et de mener une enquête par questionnaire.

Au vu de la gravité des atteintes constatées aux Droits, du mépris des principales règles du service public, nous avons décidé de rendre public un « rapport d’étape » établi sur une base de 119 questionnaires remplis, de constats et de réactions des observateurs et observatrices, établi aussi grâce au travail du Cercle des Voisins au Centre de Rétention Administratif de Cornebarrieu. Il s’agit donc d’un rapport incomplet, encore parcellaire, mais qui a le mérite de poser clairement la question de l’application du droit à l’OFII de Toulouse.

De plus, en mai 2019, nous avons aussi filmé quelques minutes à la porte de l’OFII. Ce documentaire intitulé : « Violation des droits et maltraitance par l'OFII de Toulouse : le film » est une autre forme de présentation de notre colère.

Ce travail sur l’OFII est révélateur de dérives technocratiques et liberticides présentes dans un nombre croissant de services publics du fait des lois qui privilégient l’adaptation du travail des fonctionnaires à la technique, mais non aux droits des citoyen-ne-s usager-e-s.

Télécharger la version intégrale du rapport

Télécharger la version abrégée (4 pages)